boite à outils

Catherine et Jean-Marc Galichet de l’Hôtel Saint-Melaine à Morlaix

« Simenon aurait pu dormir au Saint-Melaine ! »

Au pied du viaduc de Morlaix, dans le quartier historique de Saint-Melaine, Catherine et Jean-Marc se sont installés. L’ambiance et l’atmosphère des vieilles venelles est idéale pour y mêler passion des polars et hôtellerie.

Catherine et Jean-Marc Galichet de l'Hôtel Saint-Melaine à Morlaix

Nos héros

Catherine et Jean-Marc se sont rencontrés à Paris. Elle travaille dans l’hôtellerie de charme et de luxe, lui est responsable de service dans une régie de transport en commun.

Avec une envie folle de quitter la capitale et de trouver une affaire en Bretagne, au bord de la mer, ils finissent par découvrir l’endroit de leur future vie. Une énigme résolue en quelques clics et quelques déplacements plus tard.

Le décor

Le quartier historique de Saint-Melaine à Morlaix devient la trame de leur histoire. Entre les maisons à pans de bois, les secrètes venelles se faufilant sur les flancs de la colline, l’Hôtel restaurant du St-Melaine se blotti au pied du viaduc. Quand Catherine et Jean-Marc le reprennent, il est le parfait cliché des années 50-60. Avec un peu d’imagination, entendrez-vous le franc-parler des Audiard et autres Blier, Gabin, … ?

Patience et imagination

Avec la passion pour la décoration, « la chine » et les mobiliers style 1950, le couple aime à imaginer et redonner une seconde vie aux objets. Après restauration et relookage, même une commode est détournée.

Aujourd’hui, et après 4 ans de restauration, ce savant mélange « Home Made » des genres habille les 9 chambres de façon sobre, moderne et unique...

L’intrigue

Après Simenon qui aurait pu dormir à l’Hôtel, c’est l’écrivain Michel Courat qui, dans son livre « Mort en vrac à Morlaix – éditions Bargain », fait dormir un gendarme au Saint-Melaine.

Quand on est fan de Fred Vargas, Simenon, Exbrayat, et qu’on aime la cuisine de terroir (la bonne cuisine « bourgeoise »), rien de tel qu’une séance de tai chi chuan, de natation, pour avoir les idées claires. Sinon, qui d’une partie de pêche, à pied dans la Baie de Morlaix ou en rivière, qui d’une balade en forêt et une cueillette de champignons pour se ressourcer et retrouver ses inspirations

L’épilogue

Le Saint-Melaine se veut à l’image de Catherine et Jean-Marc, une « pension de famille ». À l’écoute des clients, ils s’attachent à répondre à leurs demandes. « En accueillant chez nous, notre plaisir est de voir certains pensionnaires descendre dîner en chaussons ! »