boite à outils

Bienvenue à Carantec

Il est né le divin…vin à Carantec

le 12.12.2012

Premières gelés matinales, les guirlandes lumineuses dans les rues, l’odeur de sapin, et ce petit air de musique qui vous trotte dans la tête « vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver… » (dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser), vous ne vous y trompez pas, c’est bien Noël qui approche !
Et avec lui, le casse-tête des cadeaux…

vin divin, épicerie fine à CarantecSi vous ne savez pas ce que vous allez offrir à tante Marcelle ou quel vin vous allez servir pour le jour de l’an, pas de panique ! Maryline Bervas est là pour vous conseiller. Et elle sait de quoi elle parle car tout ce qui se trouve dans son magasin, elle l’a goûté !
Au pied de l’église de Carantec, Maryline vous attend dans sa petite boutique remplie de bonnes choses à déguster. Foie gras, vins, chocolats et champagne, tout y est pour passer de délicieuses fêtes de fin d’année !

Que faisiez-vous avant d’ouvrir « Le Vin Divin » ?

Avant, j’ai travaillé pendant 12 ans comme agent commerciale dans une agence intérimaire. Rien à voir. Et en parallèle, car j’étais à mi-temps sur ce poste là, j’ai travaillé dans le magasin de mon mari qui est le même que le mien sur Landerneau.
Je travaillais au magasin, sur la partie administrative et en renfort sur les grosses périodes, notamment Noël…et ça me plaisait !

Pourquoi avez-vous choisi de vous installer à Carantec ?

Je pensais qu’il y avait un potentiel…et je le pense toujours ! Le fait est qu’il n’y avait pas cette offre sur Carantec alors qu’il y a plus de 3500 habitants à l’année.

Et alors, est-ce que ça marche ?

Oui, je suis contente. Bon, je sais bien qu’il va falloir un peu de temps avant d’avoir une bonne clientèle, avant d’être bien connue. Je suis contente car j’ai remarqué cet été que j’ai eu des gens qui étaient déjà venus l’année dernière. Ils se sont habitués à moi, à mes produits et s’ils reviennent cela veut dire qu’ils sont contents.
Le plus dure, c’est de se faire connaître.

Quel type de produits vendez-vous ?

En vin, je ne vends que du vin français, un peu de bières bretonnes mais aussi des alcools forts : whisky, calva etc…
Pour la partie épicerie fine, je vends des produits locaux et régionaux : rillettes de poisson, caramels au beurre salé… Et d’autres produits que j’ai pioché un peu partout en France : des pâtés des Cévennes, du Var, du foie gras du Sud Ouest, des chocolats.

vin divin, épicerie fine à Carantec

Comment trouvez-vous vos produits ?

Pour le vin, on travaille directement avec des producteurs que l’on connaissait avant de s’installer en tant que cavistes. Et pour d’autres références, nous travaillons par le biais d’un agent commercial. Mais dans tous les cas, nous prenons le soin de goûter chaque produit avant de décider de les proposer à la vente.

Quels sont vos critères de sélection ?

Mon mari et moi, nous n’avons pas la même manière d’aborder les vins. Pour moi, il faut que le goût me plaise, qu’il y ait de la matière en bouche. Après je fais attention au prix aussi. Je préfère vendre des vins entre 5 € et 10 € que des vins à 100 €. Je prends donc aussi en compte le prix dans la sélection. Après si on aime vraiment un vin et qu’on estime que ça les vaut, on le prendra.

Et pour les produits alimentaires ?

C’est pareil. Pour une partie, on passe par des agents commerciaux et puis pour d’autres, comme par exemple les pâtés des Cévennes, ce sont des découvertes aux grés de nos vacances ! Comme on les a trouvés très bien, on leur a demandé s’ils travaillaient avec des professionnels et on les a référencés. Cela fait 7 ans. On est assez fidèle à nos marques !

Quel type de produits proposez-vous pour les cadeaux de Noël ?

Ce qui plaît beaucoup à Noël, ce sont les paniers garnis. J’ai remarqué l’année dernière et depuis plusieurs années à Landerneau, que les gens veulent faire des cadeaux qui font plaisir mais qui sont également utiles. La nourriture, ça marche bien de ce côté-là !
Après, qu’est ce que je vais mettre plus en avant ?…eh bien tout ! Parce que dans un panier, on met aussi bien du sucré que du salé. Après, chacun choisi, les gens aiment bien mettre ce dont ils ont envie. J’ai fait l’essai l’année dernière de préparer des paniers en avance mais finalement les clients préfèrent personnaliser en fonction de leur goût. J’en propose juste un en vitrine pour montrer ce qu’on peut faire mais je laisse vraiment les gens choisir. Et je suis là pour les conseiller s’ils hésitent !