boite à outils

Bienvenue à Carantec

La baie de Morlaix, reine du Vendée Globe !

le 19.01.2017

Jeudi 19 janvier 2017 avant 17h : De la baie de Morlaix à un tour du monde à la voile en solitaire, il n’y a qu’un coup de vent ! C’est en tout cas ce que prouve Armel Le Cléac’h qui vient à l’instant de passer la ligne d’arrivée du Vendée Globe 2016-2017 après 74 jours passés en mer et en solo (un record !).

Une course démente à travers les océans du Globe suivie de près par toute la baie de Morlaix, pas peu fière de voir le Saint-Politain accéder au trône tant convoité de l’Everest des Mers.
Un œil à quai aux Sables d’Olonne pour partager la joie de celui qui réalisa sa première régate à Carantec, l’autre pour suivre attentivement l’avancée de Jérémie Beyou, notre second héros solitaire toujours en course, avec en ligne de mire une place de plus sur le podium pour la baie de Morlaix !

JPEG - 58.7 ko
Victoire d’Armel Le Cléach - Photo Ouest France

Un vivier de champions

Leur point commun ? Connaître chaque caillou de la baie de Morlaix pour y avoir fait leurs premières croisières et régates en famille. Leur dernière performance ? Avoir parcouru plus de 40 000 km autour du monde pour cette légendaire course à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance.

Armel et Jérémie ont tous deux été élevés aux mêmes embruns du Finistère Nord, la mer de la Manche coule dans leurs veines. Éternels adversaires d’enfance et d’adolescence, leurs chemins se croisent et s’entremêlent. Jérémie, qui a fait ses premiers bords d’enfant au centre nautique de Carantec, sous la houlette de Bruno Jourdren, emmène par exemple Armel sur le Quarter de son père. Nicolas Troussel le fait monter à bord du Dehler 36* d’un propriétaire de Carantec pour le Tresco, tandis qu’Armel navigue chaque été sur le Melody familial avec un autre fin marin, son frère Gaël… Une sacrée bande de navigateurs se forme ainsi, entre entraides et compétitions, dans ce petit bout de Bretagne.

Depuis, enfilant comme des perles les trophées et les records, les deux pensionnaires du centre d’entraînement de Port-la-Forêt (Finistère), reviennent régulièrement à leur port d’attache : un retour aux sources dans la baie qui a fait naître leur passion pour la voile. Il faut dire que le plan d’eau ne manque pas de charme et marque les esprits : entre îlots, fortifications et roches dentelées, y naviguer requiert une préparation et une attention de tous les instants.
De là à conclure que la baie de Morlaix forge des marins d’exception…

Armel Le Cléac’h, la consécration !

JPEG - 63.6 ko
Armel Le Cléac’h, vainqueur du Vendée Globe 2016

Originaire de St Pol de Léon et toujours licencié au club de ses débuts, « Le Chacal » - son surnom officiel pour sa capacité à ne jamais lâcher le moindre mètre à son adversaire - est un grand ! Aujourd’hui, il vient d’accomplir un exploit : celui de brandir au-dessus de sa tête le Graal des navigateurs solitaires. Après deux places de deuxième sur les deux derniers Vendée Globe, sa troisième participation consécutive marque sa consécration ! C’est dire la ténacité du marin, qui vit notamment le titre lui échapper en 2013 face à François Gabart (encore un breton !) après un duel planétaire inoubliable achevé après 78 jours de mer et… seulement trois heures d’écart aux Sables d’Olonne ! Il signait alors le plus faible écart jamais enregistré sur le tour du monde. Mais pour cette édition, le skipper de Banque Populaire avait prévenu : « Les deuxièmes places, c’est fini ! ». Grand favori sur la ligne de départ le 6 novembre dernier, on le croyait sur parole.

JPEG - 116.2 ko
Armel Le Cleac’h, skipper Banque Populaire

Clin d’œil au passé : trente ans plus tôt, le double vainqueur de la Solitaire du Figaro (2003 et 2010) dispute à l’âge de 9 ans sa première course en Optimist à Carantec : « J’ai dû finir entre la 30e et la 40e place. Mais tout de suite, je me suis dit que je ferai mieux la prochaine fois, preuve que ça m’a accroché. L’année suivante, je gagne ma première régate en benjamin, à Térénez. J’étais très fier de ramener la coupe à la maison, je me sentais comme un vrai Champion du Monde ! ».
Un sentiment sans doute à nouveau partagé ce soir !

#GoJerem

JPEG - 45.8 ko
Jérémie Beyou au Cap Horn - Vendée Globe 2016

Dans la baie, les banderoles estampillées #GoJerem fleurissent depuis plusieurs semaines à vitesse grand V dans les rues et sur les réseaux sociaux. On palpe désormais la tension des nombreux supporters du skipper de Maître Coq qui, les yeux rivés aux compteurs, attendent avec impatience le passage de leur champion sur la ligne d’arrivée… qu’il aperçoit maintenant à l’horizon !
Jérémie Beyou entame ainsi les 800 derniers milles qui le séparent des Sables d’Olonne. Actuellement en 3ème position, le carantécois de cœur, triple vainqueur de la Solitaire du Figaro (2005, 2011 et 2014), impressionne par son mental d’acier et sa persévérance. Reconnu par ses pairs, Michel Desjoyaux avait même déclaré en 2005 que c’était un grand honneur d’être battu par Beyou : la classe ! Stratège hors pair, il a une grosse revanche à prendre sur le Vendée Globe, après ses cruels abandons sur casse lors des deux dernières éditions.

JPEG - 64 ko
Jérémie Beyou sur Maître Coq

Joint hier (18/01) pour le site www.courseaularge.com, "Jérem" fait un point sur sa course : « Quand je repense à tous les événements de mon Vendée Globe, j’ai impression que c’était hier, mais en même temps, si je regarde devant, j’ai encore l’impression que l’arrivée est loin. Ce qui est sûr, c’est que je ressens une réelle forme d’usure. Je ne dirais pas de ras-le-bol parce que je suis content d’être en mer, mais j’ai envie d’autre chose… Les 18 mètres du bateau commencent à être vraiment petits et il y a de l’impatience de retrouver la terre et les proches… »

L’IMOCA60 Maître Coq, qui connait déjà le chemin du podium puisque c’est à son bord qu’Armel Le Cléach a terminé deuxième en 2013, devrait arriver dimanche soir d’après les dernières estimations et suivant les conditions de vent dans le Golfe de Gascogne… Vivement le pied à terre !

Découvrir en vidéo les débuts de Jérémie Beyou à Carantec Nautisme
Relire son interview exclusive avant le départ de la Route du Rhum en 2014