boite à outils

Bienvenue à Carantec

Le Club de Plage du Kelenn : l’intemporel de l’été à Carantec

le 10.08.2017

Un accueil chaleureux, des animateurs qui ont la banane, des mômes de tous âges arborant dossards flashy et sourires jusqu’aux oreilles… Voici le cocktail détonnant et certainement le secret de jouvence du célèbre Club Mickey à Carantec !

Voilà plus de trente ans que ce dernier s’installe chaque été sur le sable fin de la plage du Kelenn. Trampolines, toboggans, structures gonflables, sous oublier la piscine chauffée à 29°… c’est un vaste espace récréatif de plein air qui prend forme en juillet et août, pour le plus grand plaisir des petits estivants et de leur famille, car s’il y a bien un équipement familial et intergénérationnel entre tous, c’est bien le club de plage ! Et bon nombre d’enfants inscrits cet été au club marche, peut-être sans le savoir, sur les pas de leurs parents et grands-parents qui eux aussi ont pu s’amuser en culotte courte sur la célèbre tyrolienne.

JPEG - 132.4 ko
Club de plage du Kelenn à Carantec, Baie de Morlaix, Daniel Servais

Aux commandes de cette institution carantécoise qui participe à faire de Carantec une station touristique et familiale reconnue, Gwen Servais et sa compagne Jessica Boutin, aidés ponctuellement par Daniel Servais, mémoire vivante du club qu’il a co-animé dès 1970. Rencontre dans l’effervescence d’un après-midi de juillet.

Comment est né l’indémodable club de plage du Kelenn ?

Daniel Servais. Il y avait déjà un club sur la plage du Kelenn avant mon arrivée, qui était tenu par Jean Branellec, un instituteur. Beaucoup d’enseignants s’occupaient des clubs de plage à l’époque. Le club du Kelenn a ensuite été repris par M. Brissiaud, puis par M. Madec, qui a souhaité par la suite arrêter son activité. En parallèle, M. Le Saint et Jacques Merret ont créé pendant la saison 68 un autre club sur la Grève Blanche, près du port. Ils y avaient installé un petit portique et une cabine sur le sable. De mon côté, j’ai passé mon diplôme de maître-nageur en 1969. Étant déjà engagé avec la colonie de vacances de St Pol de Léon à Kersaliou avec l’Abbé Abjean, j’ai intégré l’équipe de la Grève Blanche l’été suivant, en 1970. Nous avons alors acheté une piscine et j’y ai travaillé tout l’été comme maître-nageur. L’année d’après, je suis devenu associé et ensuite… je ne l’ai plus quitté !

Nous sommes restés à la Grève Blanche jusqu’en 1983 avec Jacques Merret, M. Le Saint ayant pris sa retraite. Le club a déménagé sur la plage du Kelenn en 1984, la place étant restée vacante depuis le départ de M. Madec. L’emplacement au Kelenn avait l’avantage d’être plus centralisé et surtout plus pratique car nous avions enfin l’eau courante et l’électricité. Et c’est en 1995 que j’ai pris seul la gestion du club.

Gwen et Jessica tiennent désormais les rênes du Club mais on peut encore vous y voir de temps à autre ?

JPEG - 207 ko
Club de plage du Kelenn à Carantec, Baie de Morlaix, Finistère, Bretagne

Daniel Servais. Petit à petit, j’ai passé les commandes à mon fils Gwen et à sa compagne Jessica. Ce fut bénéfique pour le club, car ils sont jeunes et pleins de nouvelles idées. Ils ont pris la relève avec talent et ont su y apporter de nouvelles choses, telles que les structures gonflables par exemple. Avec ce souffle nouveau, le club a su s’adapter et fonctionne différemment car les enfants évoluent aussi et sont différents d’il y a 40 ans.
De mon côté, je continue à entretenir le club et le matériel, c’est ma passion ! Et s’ils ont besoin d’un coup de main pour l’encadrement, ils savent qu’ils peuvent compter sur moi. Mais j’ai vu qu’ils m’avaient beaucoup libéré sur le planning de cet été, ils me facilitent les choses !

Selon vous, pourquoi le club est devenu aussi emblématique des vacances d’été à Carantec ?

Daniel Servais. Pour s’occuper d’un club, il faut vraiment aimer les enfants, c’est logique et indispensable. On ne peut pas faire ça pendant l’été juste pour se faire un petit salaire supplémentaire. Il faut adorer les enfants, Jessica et Gwen ont vraiment ça dans le sang. Jessica est très attentionnée, c’est la deuxième maman dans la journée. Et je pense que les gens ressentent ça, cet esprit de famille. Car le club est avant tout une histoire de famille : les moniteurs sont nos neveux et nièces. Et cet esprit de famille, qui était déjà présent avec Jo Le Saint et Jacques Merret, on a su le garder, c’est ce qui fait la qualité du club.

Jessica Boutin. Et c’est vrai qu’il se perpétue car mes cousins-cousines travaillent aussi au club, ce qui fait que nos deux familles se sont maintenant mélangées autour de ce projet.

Daniel Servais : Pour résumer la philosophie du club, notre critère n°1, c’est d’aimer les enfants. Il s’agit réellement de notre priorité. Le 2nd point : un minimum de petits bobos. La sécurité passe avant tout ! Et le 3ème point, c’est l’animation : il faut que les enfants aient envie de revenir au club, c’est la preuve qu’ils s’y sont plu. Ces trois points font je pense le succès et la longévité du Club de plage, sans oublier que nous avons aussi la chance d’avoir toujours été bien accueillis et écoutés par la municipalité de Carantec, quelque soit les maires qui se sont succédés.

JPEG - 126.8 ko
Club de plage du Kelenn à Carantec, Baie de Morlaix, Finistère, Bretagne

Daniel, vous avez encadré de nombreux bambins, et parmi eux quelques enfants de célébrités… Pouvez-vous nous citer quelques noms ?

Daniel Servais. La liste est longue ! J’ai appris à nager aux enfants de Miou-Miou, Angèle, fille de Patrick Dewaere et Jeanne, fille de Julien Clerc. Le chanteur est lui-même parfois venu au club, en toute simplicité. Il traversait la plage en combinaison de planche à voile pour voir sa fille nager. J’ai gardé un très bon souvenir de Miou-Miou, qui était d’une rare gentillesse. Pendant que ses filles apprenaient à nager, elle s’installait dans un coin et lisait ses scénarios de films qui lui étaient proposés.
Lorsque l’on était encore à la Grève Blanche, je me souviens aussi d’un petit garçon qui venait avec sa gouvernante. Jacques Merret lui avait demandé de me dire son nom, je n’avais pas compris pourquoi avant qu’il ne me donne son nom de famille : Benjamin de Rotschild !
Il y a aussi eu Véronique Samson, Alain Souchon, Hugues Auffray, Enrico Macias… Des personnes sympathiques qui venaient sur la station en famille pour profiter du calme de la Bretagne, en toute discrétion.
Des sportifs ont également profité du club : le judoka Thierry Rey, le navigateur Gaël Le Cléach est lui venu tout petit au Club de la Grève Blanche, ou encore Jérémie Beyou qui passe régulièrement avec ses nièces.
Jessica Boutin. Plus récemment, je me souviens de Gabin et Lola, les enfants de Julien Courbet, ou encore de Renan Luce de passage en Baie de Morlaix.

Avec plus de trente ans d’existence, le club a dû connaître des générations de carantécois ?!

Jessica Boutin : Oui, cela fait plus d’une dizaine d’années que Gwen et moi sommes là, et tout le monde nous demande si Daniel dispense encore des cours de natation, car c’est lui qui a appris aux enfants, et maintenant c’est au tour des petits-enfants. Donc c’est vrai qu’il y a deux voire trois générations à passer au club. Et les gens s’y retrouvent aussi : beaucoup de personnes ont fait connaissance pendant leurs vacances à Carantec et se recroisent au club de plage avec leurs enfants ou petits-enfants.

Comment se déroule une journée classique pour un enfant qui arrive au club ?

Jessica Boutin : Le club fonctionne à la demi-journée, à la journée ou à la semaine. Les matinées se déroulent entre 10h et 12h30. Nous attendons l’arrivée des enfants jusqu’à 10h30 environ, pour un accueil personnalisé et pour qu’ils aient le temps de jouer sur les structures. Vers 10h30, nous les réunissons pour faire un petit rappel des règles, ainsi que le jeu des prénoms afin qu’ils puissent tous se connaître. En fonction du nombre d’enfants, on sépare les petits des grands pour adapter les jeux. Les animateurs proposent à chaque groupe des activités : on peut partir à la pêche si la mer est basse ou encore se baigner s’il fait très chaud et que la mer est haute. L’après-midi redémarre à partir de 13h30 jusqu’à 18h. Nous attendons environ 14h30 pour redémarrer les activités encadrées le temps que tous les enfants arrivent. Et chaque après-midi est synonyme d’un nouveau concours qui se déroule entre 15h et 16h, entre deux jeux proposés par les animateurs. Après une pause goûter (NB : chaque enfant apporte son goûter), les récompenses sont distribuées vers 17h, les enfants repartant tous avec une petite surprise grâce à notre adhésion au Club Mickey. Un tableau devant le club annonce tous les concours de la semaine.

Quant aux cours de natation, dispensés par deux maîtres-nageurs, ils sont uniquement sur réservation et conseillés à partir de 5-6 ans. C’est l’âge où la coordination des bras et des jambes se fait le plus facilement. Nous obtenons la plupart du temps de bons résultats dès 10 à 15 sessions de 15 minutes mais il ne faut pas qu’elles soient trop espacées. L’idéal est de réserver une session par jour pendant 15 jours par exemple.

JPEG - 106.1 ko
Club de plage du Kelenn à Carantec, Baie de Morlaix, Finistère, Bretagne

Merci beaucoup pour cet interview et longue vie au Club de Plage !

Informations pratiques sur le club de plage du Kelenn