boite à outils

Bienvenue à Morlaix

Le port de Morlaix

le 20.02.2017

On le sait peu aujourd’hui, mais la Ville Historique de Morlaix est aussi une cité portuaire qui fut le troisième port d’importance de Bretagne, après Nantes et St-Malo. De Port de commerce dès le Xe siècle, au port de plaisance actuel, voici son histoire maritime.

Le Port de Morlaix, une position stratégique bretonne

Morlaix, ville historique du Finistère, est sise au fond d’une des rias les plus profondes de Bretagne. La Rivière de Morlaix (le Dossen), formée par la jonction du Jarlot et du Queffleuth, s’écoule depuis le port de la cité sur 6 kilomètres avant de rejoindre la Baie de Morlaix.
C’est l’une des plus belles baies du monde, protégée par le Château du Taureau (XVIème), et devenue fortification Vauban dès le XVIIème.
Avec sa position stratégique en entrée de Manche, la Baie de Morlaix s’est naturellement imposée comme une escale incontournable sur ses grandes voies maritimes menant aux Iles, Terre-Neuve, ou aux pays du Nord et Sud de l’Europe.

JPEG - 70.3 ko
Port de Morlaix, Finistère Bretagne

Histoire maritime de Morlaix

Les premiers aménagements du port de Morlaix remontent au Xe siècle, à la porte de la ville close. A notre époque, il faut imaginer un port d’échouage, au pied de l’actuel Hôtel de Ville. C’est réellement à partir du XIIIe siècle que l’activité économique, liée au développement des flux maritimes, accroit la prospérité de la cité (majoritairement basée sur le commerce des toiles de lin appelées les « crées »). Autre facteur et non des moindres, en comparant aux autres ports de la Manche, Morlaix a l’avantage d’entretenir d’étroites relations économiques avec l’Angleterre.

La fin de la guerre de Cent Ans (1475) et la réouverture au marché britannique annonce l’âge d’or du développement économique.
Au XVe au XVIIIe siècle, les cales pleines des navires de toute l’Europe approvisionnent la cité en métaux, vins, épices, agrumes, graines de lin … Le commerce et le négoce locaux liés aux crées, chevaux, cuirs, beurre, papier… font la richesse des armateurs et négociants morlaisiens. Fait spécifique à cette expansion, c’est au début du XVe siècle que l’on voit apparaitre des maisons à colombages à l’architecture intérieure unique en Bretagne, les maisons à Pondalez.
Mais cette prospérité engendre convoitises. En 1522, les anglais envahissent et pillent la ville. En 1542, le Château du Taureau est construit sur l’ilot éponyme afin de la protéger.

C’est au XVIIIe siècle que le commerce maritime décline

Jusqu’à la fin du XVIIème, Morlaix est le plus important port de Basse-Bretagne, le troisième de Bretagne après Nantes et St-Malo. A cette époque, les quais s’étendent sur 200 mètres côté Tréguier, et sur 150 mètres coté Léon.
Au XVIIIe siècle, les guerres, les conflits et la reprise de l’activité corsaire porte un coup fatal à la marine marchande. Le commerce toilier s’effondre, l’activité portuaire et économique locale décline. En 1727, une ordonnance royale, autorise la Compagnie des Indes à édifier une manufacture royale des tabacs à Morlaix (1736), sur le quai du Léon. Des blocs de pierres de l’ile Callot sont acheminés pour l’extension des quais et cales du port. En amont, la confluence des 2 rivières est également mise sous voûte en 1728.
Seul le fret maritime du tabac (depuis les Îles) entretien une activité portuaire régulière.

L’aménagement du port s’accélère avec l’ère industrielle

1750 : Création de la Voie Royale Paris-Brest (RN 12).
1839 : Arrivée du transport à vapeur (Le Steamer).
1856 : Construction des écluses, facilitant le chargement et déchargement de bateaux qui restent ainsi toujours à flot.
1865 : Arrivée des premiers trains depuis Paris, suite à l’édification du viaduc (ligne Paris-Brest)
Fin XIXe siècle : Une partie du bassin est recouverte afin d’aménager la place Cornic.
1944 : le port devient une base de débarquement de matériel pour les troupes alliées.
1962 : Une seconde partie du bassin est recouverte afin de créer la place Charles de Gaulle.

JPEG - 106.2 ko
Port de plaisance de Morlaix, Finistère, Bretagne

Port séculaire, aujourd’hui port de plaisance

En 1978, le port de Morlaix s’est tourné vers la plaisance. Abri sûr pour une escale au long cours, il offre 200 places aux plaisanciers. À quais ou sur pontons, les marins y trouvent tout le confort et services dont ils ont besoin (accastillage, agents portuaire).
Ce port arboré avec, au bout des quais, le buste du célèbre corsaire morlaisien Charles Cornic-Duchesne (1731-1809), est dominé par le viaduc ferroviaire. Morlaix, son quartier historique avec ses maisons à colombages, ses restaurants et commerces, sa vie culturelle (cinéma, théâtre, musée, concerts, expositions …), ses transports en commun, et la proximité avec la gare TGV, est une escale sur les carnets de bord.
Ce port plein de charme au centre ville est aujourd’hui le point de départ pour des excursions maritimes, ou plus simplement, pour une escapade historique à travers les venelles de Morlaix.