boite à outils

Bienvenue à Carantec

Les Oiseaux de la Baie de Morlaix en hiver

le 27.01.2014

Que de journées passées sur les plages de Carantec et le long du sentier des douaniers en Bretagne, sans prendre le temps de remarquer, qu’entre les mouettes et les goélands, se trouvent une multitude d’autres espèces d’oiseaux ! Pour changer de regard sur ce monde inconnu, rien de plus simple : des jumelles et le tour est joué ! D’une silhouette au loin apparaît alors des pattes rouges vives, un long bec droit ou bien encore… Une fois en possession des clés d’identification, reste à trouver le spot d’observation idéal !

La Baie de Morlaix, le coeur de la réserve ornithologique

Doit-on encore le rappeler ? La Bretagne, avec ses nombreux îlots, ses falaises granitiques et ses marais littoraux cultive la diversité des paysages et ainsi, la richesse de sa faune et de sa flore.

La Baie de Morlaix ne fait pas exception, et c’est en hiver, lorsque les oiseaux migrateurs viennent se réchauffer sur nos côtes, que le spectacle se montre le plus grandiose… pour celui qui sait observer !

Pour y prendre goût, nous vous donnons rendez-vous sur les rives de la rivière de Morlaix, le long de la route de la Corniche, entre Locquénolé et Carantec. Nous y avons suivi Roger Uguen, passionné d’ornithologie et bénévole pour l’association Bretagne Vivante qui gère la réserve ornithologique de la Baie de Morlaix.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Tous les mêmes ?

Armé de sa longue vue, il fixe la lunette et, en peu de temps, nous observons une vingtaine d’espèces différentes, les plus présentes à cette période de l’année. Pour vous aider à les reconnaître, en voici une description.

Petite astuce pour l’observation : pour éviter de faire fuir les oiseaux, le plus simple est encore de rester dans la voiture en conservant le moteur allumé. Les oiseaux sont curieusement habitués aux bruits des moteurs, contrairement à ceux de nos pas !

Celui qui crie le plus fort !

Le courlis cendré fait partie de la famille des limicoles, nom qui regroupe les espèces consommant des petits invertébrés vivant dans la vase. Leur point commun est leur long bec qui leur permet de chercher la nourriture dans celle-ci. Le courlis cendré est facilement identifiable grâce à son très long bec courbe et à son cri si particulier.

Celui qui fait le plus de bruit !

Toujours dans la famille des limicoles, le chevalier gambette a un long bec droit, rouge à la base. On observe 100 à 150 individus dans la baie à cette période, entre le Dourduff côté Trégor, et le Brûly à Locquénolé, côté Léon. Il est connu pour être très bruyant et sert de sentinelle aux autres espèces.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Le plus sociable

Le bécasseau variable, ce petit limicole ne se déplace qu’en groupe et il n’est pas rare d’en compter jusqu’à 1500 spécimens à marée basse sur la vasière. Présents uniquement l’hiver sur nos côtes vaseuses comme le long de la rivière de Morlaix, on peut également facilement observer son cousin, le bécasseau Sanderling, qui lui apprécie plutôt les longues plages de sable.

Le limicole qui a tout compris

Le pluvier argenté est lui aussi un limicole mais possède, contrairement à ses congénères précédents, un petit bec. Lui, reste immobile, mais pourtant il chasse ! À vue, il repère les bulles qui remontent à la surface de la vasière… puis, se délecte de ses proies à moindre effort.

La plus trompeuse

Ne vous laisser pas tromper par son nom ! La barge rousse arbore un plumage grisâtre lorsqu’elle est sur nos côtes en hiver. Ce n’est qu’en été qu’elle dévoile un plumage aux couleurs plus chatoyantes.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Les trois cousins

Le grèbe à cou noir, le grèbe huppé (le plus grand) et le grèbe castagneux, sont tous trois présents dans la baie. Vous aurez cependant plus de chance d’observer le grèbe castagneux, qui apprécie l’eau douce, au plus près de la rivière du Dourduff.

Le plus nerveux

Le grand gravelot parcourt assidûment les vasières en alternant marche rapide et courte pause. Souvent proches des rives, les troupes de gravelots suivent typiquement le mouvement de va-et-vient de l’eau afin de dégoter des invertébrés dans les laisses de mer.

La pie des mers

L’huîtrier-pie porte bien son nom : entièrement noir et blanc, il possède un bec long et rectiligne de couleur orangée. Facilement reconnaissable, on observe de nombreux spécimens dans la baie en hiver. Quelques couples nichent même sur les îlots de la baie toute l’année.

Le plus proche de la rive

Le tournepierre affectionne particulièrement les rivages rocheux le long des côtes et on peut l’observer très facilement sur les galets du Frout, à l’entrée de Carantec. Sa caractéristique ? Il soulève et retourne des pierres et morceaux d’algues pour atteindre ses aliments, ce qui lui a valu son nom.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Le canard le plus protégé

Le tadorne de belon est le seul canard non chassable car protégé. Il est marron, noir et blanc. Il niche dans la rivière de Morlaix, où on l’y retrouve donc toute l’année, sauf de fin juillet à mi-octobre, lorsque les adultes partent dans les grandes zones de vasière sur les côtes d’Allemagne et des Pays Bas pour muer. Lors de cette mue, ils sont en incapacité de voler et sont donc très fragiles… L’union faisant la force, ils se regroupent tous pour éviter les prédateurs.

Le musicien

Le canard siffleur émet un sifflement très significatif constitué de brèves syllabes, terminé par une note grave. Facilement reconnaissable avec sa tête brune coupée d’un trait jaune paille, on observe quelques dizaines d’individus sur Locquénolé.

Le plus connu

En matière de canard, c’est le col vert, bien sûr ! Habitué de nos mares et étangs, on le côtoie quotidiennement. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’en période de mue, le mâle se diffère des femelles qu’aux yeux des experts !

La moins craintive

L’oie bernache cravant est reconnaissable grâce à son arrière-train blanc, sa tête noire et son corps sombre. Elle est présente sur nos côtes du mois de septembre à la fin de l’hiver. Les groupes observés sont plus importants en janvier et février avec près de 1000 spécimens.
Cette oie, qui niche au Groenland et en Sibérie, est très suivie et fait l’objet d’un comptage à chaque milieu de mois à partir de la mi-octobre sur toutes les côtes françaises. La France accueille en effet environ 50% de sa population mondiale en hiver.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Le plus poétique

« Sont-ce des cormorans qui plongent tour à tour,
Et coupent l’eau, qui roule en perles sur leur aile ? »
Il n’est pas rare d’observer un grand cormoran, inspiration de Victor Hugo, en train de se nourrir sur nos côtes.

Le plus majestueux

Le Héron cendré est surtout présent chez nous en hiver. Il niche généralement dans le Finistère sud et apprécie les arbres et les îlots. Sa manière de chasser est particulière. Il chemine lentement et courbé, dans les eaux peu profondes, sans faire de bruit, pointant vers le bas son bec puissant et pointu, prêt à asséner le coup mortel à la proie qui passera à sa portée.

La plus originale

La spatule se caractérise par son long bec, large et plat, qui lui vaut ce nom intriguant. 17 spatules sont actuellement observables dans la baie de Morlaix. L’espèce niche pourtant principalement en Baie de Somme et dans la région nantaise, et n’était pas présente sur nos côtes avant. On peut également observer une bande nichant en face de l’île Callot.

Les plus exotiques

L’aigrette garzette n’était pas en Bretagne il y a 50 ans de cela. Migrant d’Afrique en Camargue, on doit sa présence chez nous uniquement du fait du réchauffement climatique. Certains spécimens nichent désormais sur les îlots de la baie.

Tout comme elle, le héron garde-boeufs provient du même continent. Dans son milieu africain, il accompagne les bœufs dans les champs et se donne pour mission de les débarrasser des insectes parasites qui les tourmentent. Arrivé dans les 10 dernières années en Bretagne, il apprécie aussi bien les prairies en campagne que le bord de mer.

Oiseaux de la Baie de Morlaix, ornithologie, Bretagne, Finistère

Crédits photos et illustrations  : courlis cendré : © Johann Friedrich Naumann, chevalier gambette : © John Gould, bécasseau variable : © John Gould, pluvier argenté : © John Gould, barge rousse : © Johann Friedrich Naumann, grèbe à cou noir : © John Gould, grand gravelot : © Jill Adams, huîtrier-pie : © Aurélien Audevard, tournepierre : © Barry Kent Mackay, tadorn de belon : © Yvon Toupin, canard siffleur : © Archibald Thorburn, col vert : © Barry Kent Mackay, bernache cravant : © John Gould, grand cormoran : © John Gould, héron cendré : © Pierrick Legobien, spatule : © John Gould, aigrette garzette : © Yvonnik Lhomer, héron garde-boeufs : © Florence Dellerie.