boite à outils

Philippe et Christelle Haond, de l’hôtel-restaurant Le Relais des Primeurs

Une vie de palaces !

Christelle et Philippe Haond nous viennent de l’Ardèche mais ont beaucoup bougé du fait de leur métier. Travaillant dans les restaurants des plus beaux palaces, entre Paris et la Côte d’Azur, ils ont flirté avec le luxe et les paillettes pour satisfaire une clientèle haut de gamme.

Philippe et Christelle Haond, de l'hôtel-restaurant Le Relais des Primeurs

En cuisine, Philippe Haond a fait partie des plus belles brigades : celles de Paul Bocuse et de Joël Robuchon pour ne citer qu’eux !

Employés dans un château de standing dans le Languedoc-Roussillon, ils ont fait mûrir l’idée d’ouvrir leur propre établissement pendant un certain temps. « Quand nous avons tous deux été licenciés pour des raisons économiques, nous y avons vu un signe et l’opportunité de nous mettre à notre propre compte ».

Taulésiens depuis 2011

À la recherche du lieu idéal pour construire une nouvelle vie avec leurs trois enfants, ils ont découvert Taulé et la Baie de Morlaix. « Nous ne recherchions pas à nous installer dans une région française en particulier et ne connaissions pas la Bretagne. Nos critères se basaient surtout sur le potentiel de l’établissement. Le Relais des Primeurs répondait à nos exigences en proposant une grande salle de restauration, une belle cuisine, un appartement qui nous permettait d’y vivre à cinq, et un hôtel en sus. Quant à Taulé, c’est une ville qui nous convenait bien ! »

De la cuisine gastronomique aux menus traditionnels… toujours du frais !

Ce qu’ils retiennent de leur nouvelle vie de restaurateurs-hôteliers, c’est l’atmosphère familiale et détendue qu’ils ont su instaurer, grâce à la création d’espaces de jeux pour les enfants notamment. Loin des ambiances guindées et superficielles de leurs débuts, ils apprécient le contact facile et simple avec leurs clients.

Dans les assiettes, Philippe Haond a également dû s’adapter aux préférences des gourmets locaux. La complexité des plats étoilés a ainsi laissé place à une cuisine plus traditionnelle et familiale. Dans tous les cas, produits frais et confection maison restent les maîtres-mots sur la carte. « Que l’on prépare les menus ouvrier le midi en semaine ou les plats à la carte du week-end, le plus important reste la qualité et la fraîcheur des produits. Je ne pourrais pas cuisiner autrement. »

Mais il n’en démord pas : « J’espère pouvoir un jour proposer une cuisine semi-gastronomique plus atypique. Mais le plus important pour nous reste la satisfaction de nos clients. »

L’hôtel : une douce renaissance

Côté hôtel, le changement est aussi de circonstance. Courageux et patients, Christelle et Philippe rénovent de leurs propres mains une à une les 10 chambres de l’établissement afin de les remettre au goût du jour. « À notre arrivée, nous avons donné priorité au restaurant qui reste notre activité principale. Désormais, nous avons un peu plus de temps à consacrer à l’activité hôtel et espérons pouvoir redonner une touche de modernité à cette belle mais ancienne bâtisse. Une chambre familiale est d’ailleurs en projet et sera certainement prête pour cet été. »